Archives de Tag: Utopie

Villes invisibles et rêves sonores

A partir du livre « Les villes invisibles » d’Italo Calvino trois classes, deux projets pour interroger en musique la notion de ville et imaginer leurs villes rêvées, leurs villes utopiques…

« Urbs, urbs, urbs »
Sous la houlette de la compositrice Marie-Hélène Bernard et de la chanteuse de l’Ensemble Aleph, Monica Jordan, les élèves construisent des séquences musicales à base de chant et de tuyaux sonores. Au fil des ateliers ils nous donnent leur vision de leur ville idéale. Le premier atelier a eu lieu aujourd’hui.
« Urbs, urbs, urbs
Nous sommes des citadins
Urbs, urbs, urbs
Nous sommes des citadines
Dans ma ville il y aura, dans ma ville il y aura… »
Projet mené de novembre 2012 à février 2013
avec les élèves de la classe de  CP A de l’école Baudricourt A (Paris, 13e), leur enseignante Sophie  Sophie Rapaport et la professeure de Musique de la Ville de Paris, Nathalie Busseuil).

« microOpéra* »
Aujourd’hui, nous avons également reçu les premières partition du compositeur Jean-Michel Bossini.


* « Comme son nom l’indique le microOpéra est une forme dérivée de l’opéra historique mais sur une durée n’excédant pas une dizaine de minutes. Cette notion accélérée, quasi urbaine dans sa précipitation temporelle et formelle (Paul Virilio) correspond aux rythmes de notre société actuelle au-delà de celle du spectacle, prisonnière d’un temps plus économique, lié à la consommation et à l’immédiateté ; cela n’empêche pas une réalisation de qualité créant un véritable sens culturel.
Le microOpéra est forcément pluridisciplinaire dans son état autant que dans son expression et se servira de l’ensemble des médias artistiques mis à sa disposition : ensembles musicaux en direct, scénographies, technologies de l’image, bandes sonores préenregistrées, emprunts possibles à l’Histoire de l’Art et du Cinéma, performances sous toutes ses formes (danse, par exemple).
(…) Le sujet tourne autour du Grand Paris, de l’urbain, de l’architectural et des nouvelles conditions sociales de la Ville. Un texte de référence est pour le moment pressenti : « Les villes invisibles » d’Italo Calvino, livre ouvrant sur un imaginaire créatif. »
Projet mené de décembre 2012 à juin 2013 avec :
– les élèves de la classe de CM1-CM2 de l’école des Grands Moulins (Paris, 13e), leur enseignante Carine Mahé et la professeur de Musique de la Ville de Paris, Nathalie Bricourt.
– les élèves de la classe de CM1 de l’école Guy Moquet (Ivry), leur enseignante Natalie Pessé et la DUMiste du Conservatoire d’Ivry, Mathilde Costel.

Publicités

Un voyage vers une terre inconnue

« Comment se souvenir ?
Comment prendre conscience de cette histoire ?
Comment la poursuivre ?

Les élèves de 6e4 du collège Elsa Triolet ont enquêté auprès de leur famille pour tenter d’identifier ceux qui ont existé avant eux.
De manière imaginaire ou à partir de témoignages réels, chacun a créé le portrait d’un homme ou d’une femme dont il serait l’héritier. Tous ont un nom, un métier, des savoir-faire, une origine géographique et sociale, des valeurs auxquelles ils sont attachés.

A la manière de Boltanski, les élèves leur ont donné la forme d’un petit pantin articulé qui porte leur visage et sur le corps quelques mots emblématiques à ne pas oublier
Riches des bagages légués par ces anciens, les élèves ont imaginé un voyage qui les conduit ensemble vers une terre inconnue, où tout reste à construire.

Ce récit rédigé à plusieurs mains a été enregistré dans les studios de radio CLYPE »
Dominique Duthuit, journaliste
Delphine Sher, enseignante en lettres modernes au collège Elsa Triolet

Micro-trottoir Future / No Future

Merci à  Laura, Bruno, Marie, Pauline, Liliane, Morad et les autres…

Interview réalisée par Elsa Nadjm

Vive la fête du travail!

Devant la porte de l’usine
le travailleur soudain s’arrête
le beau temps l’a tiré par la veste
et comme il se retourne
et regarde le soleil
tout rouge tout rond
souriant dans son ciel de plomb
il cligne de l’œil
familièrement
Dis donc camarade soleil
tu ne trouves pas
que c’est plutôt con
de donner une journée pareille
à un patron ?

Jacques Prévert, Le temps perdu, Paroles

Sur le thème : » Le monde de demain reste suspendu à notre imagination… », à l’issue de la représentation du 1er mai à 16h, nous vous proposons une discussion très certainement enflammée où nous convions plusieurs générations de militants à partager leurs expériences et leurs rêves pour l »’à-venir ».
Avec la participation de : Maurice Matieu (artiste peintre 77ans), Nicole Mathieu (géographe, directeur de recherche émérite au CNRS 73 ans) Christophe Laluque (metteur en scène, 42 ans), Anne L. (étudiante 23ans)… et quelques autres…. et en présence de l’équipe de création.
Plus d’informations sur notre site internet www.theatredunois.org

Future / No Future sur France Culture

Pour écouter l’émission du 23/04/2011, présentée par Aline Pailler  cliquez  ici.

Future / No Future  sera présenté au Théâtre Dunois du  jeudi 28 avril au dimanche 8 mai.

Future / No Future (spectacle à venir…)

 
Photos réalisées dans le cadre d’ateliers avec la compagnie Point de Rupture et Alain Moïse Arbib par les élèves du Collège Ferdinand Buisson à Juvisy/Orge , du Lycée Clément Ader à Athis-Mons, du Lycée Renée Cassin à Arpajon, du Collège Jeanne d’Arc à Brétigny/Orge, et du Lycée Marguerite Yourcenarà Chilly Mazarin. 

Ambre : « Je veux être emportée par un grand rêve »

Adeline : « Nous sommes pris dans une bataille que tous livrent à tous »

Benedicte : « Je veux tout détruire »

Clémence : « Regardez-moi ! »

Clémence : « Partout des villes démesurées. Je dors d’un sommeil profond »

Colin : « L’inconcevable est possible »

Delphine : « Faut que j’y arrive … que je réussisse »

Florian : « Je veux partir… loin d’ici »

Jérémy : « Je veux bâtir quelque chose de grand »

Safaa : « Personne ne peut m’empêcher de rêver, personne »

Pierre : « Je ne suis plus qu’un numéro »

Pierre : « Qui pourrait prétendre que je n’ai pas le droit à mon avenir ?!»

Pauline : « Un code-barres tatoué à l’intérieur de mon poignet gauche »

Marion : « S’il vous plaît, donnez-moi des rêves »

Lysa : «Je suis prête à tout écraser "

Kady : « Détruire pour vivre enfin »

Sofian : « Vous ne pouvez pas me juger, ni m’empêcher d’avancer »