Archives de Tag: Jon Fosse

Quelques particularités de la littérature nordique

Avec :
Anna Svenbro, chargée des collections en langues et littératures scandinaves à la Bibliothèque Nationale de France
Christophe Laluque, metteur en scène du « Manuscrit des chiens 1 »
Stéphane Lambert, auteur de « Jon Fosse : Ecrire au bord du monde », Alternatives Théâtrales 2010.
Modération par Dominique Duthuit, journaliste

Le débat a porté sur la littérature de Jon Fosse et plus particulièrement sur sa littérature jeunesse.
En quoi cette littérature est imprégnée de la culture scandinave ?
Comment est elle intrinsèquement liée à l’ensemble de son œuvre ?
Quel champ d’écriture théâtral ouvre-t-elle au metteur en scène?

Publicités

Quelle galère !

Même quand c’est fini ça continue…  les adolescents en redemandent, les questions fusent. Cet après-midi au théâtre Dunois une rencontre impromptue pour Loïc Le Roux (comédien jouant le rôle de Websterr le chien solitaire du « Manuscrit des chiens 1 : Quelle galère ! » de Jon Fosse) avec les collégiens de Thomas Mann (Paris 13e) .

  

Une présentation, des questions, des réactions.

Dans le cadre de la résidence d’artistes L’Art pour Grandir/Mairie de Paris au collège Elsa Triolet (Paris 13e) : Le récit scandinave à l’épreuve de l’adolescence.
1er atelier du metteur en scène Christophe Laluque.

Il interviendra pendant 6 ateliers dans la classe de 5e1 avec le comédien Marc Soriano afin de mettre en voix et de mettre en espace le texte de Jon Fosse, « Kant »

La séance commence par la présentation du spectacle mis en scène par Christophe Laluque,  » Le Manuscrit des chiens 1 : Quelle Galère !  » que les élèves viendront voir au théâtre Dunois le jeudi 15 novembre à 10h.

– La différence entre le rêve et la réalité est peut être plus mince qu’on le pense, affirme Christophe Laluque
– Ah NON ! s’exclame Emmanuelle.

Le débat est lancé, la séance va alors garder ce rythme.

Rires, peurs, réflexions, appréhensions, découverte de l’autre. L’autre, le camarade « qui, n’est pas son pote », et pourtant, celui avec qui on partage un dialogue, on échange des répliques, en s’appliquant pour jouer mais en voulant avoir l’air détaché… Néanmoins le rire nerveux rattrape rapidement cette nonchalance apparente.

Jon Fosse a dit : «Les êtres humains n’ont pas un caractère défini … Ce n’est pas nos identités mais nos relations qui mènent nos vies. Et il n’y a pas d’autre forme d’art que le théâtre qui permette de représenter le jeu de la communauté humaine. »

Cette classe semble représenter cette communauté, aussi fragile soit-elle, en pleine mutation, confrontée à l’évolution de chacun qu’impose l’implication théâtrale.

« Nous, vieillards nés d’hier, qui nous rajeunira ? » *

Rencontre avec Christophe Lalque, metteur en scène
Propos recueillis par Céline Viel, La Gazelle n°24 Oct-déc 2012

Les pièces de Jon Fosse destinées au jeune public rompent avec la représentation que se font les adultes du monde de l’enfance. Christophe Laluque a déjà mis en scène le troisième volet de la trilogie « Les Manuscrits des chiens » écrite par Jon Fosse, cette fois il commence par le début et monte le premier volet « Le Manuscrit des chiens I : Quelle galère ! ». Un travail au long cours qui devrait aboutir à la création de la trilogie complète la saison prochaine….

La trilogie de Jon Fosse met en jeu des comportements « très humains » à travers les personnages de trois chiens, et ces chiens se pensent vieux… Quel rapport avec l’enfance ?
Il existe chez les personnages de Jon Fosse un sentiment d’urgence, la peur de ne pas avoir le temps d’agir, et cela rejoint parfaitement ce que peuvent ressentir les enfants qui très tôt se pensent déjà grands et refusent d’être traités comme des bébés. Websterr, le chien du « Manuscrit des chiens I : Quelle galère ! », est un chien d’appartement, dorloté, gâté par sa vieille maîtresse, et il rêve d’aventures. Ce qui est en jeu à partir de là, c’est le dilemme lié à son désir d’émancipation, dilemme que peuvent éprouver tous les enfants. Les personnages de Jon Fosse sont animés d’une incroyable détermination. Leur volonté, plus forte que tout, pourrait, négativement, être assimilée à du caprice. Mais elle incarne aussi, et plus positivement, l’énergie indomptable qui nous force à aller de l’avant. Websterr ne rêve pas simplement d’aventures. Il éprouve la nécessité de partir car ses rêves à lui ne correspondent pas du tout aux projections de sa maîtresse. Alors il va confronter ses rêves à la réalité, découvrir que la faim, le froid, la peur font partie du voyage, et que son désir d’émancipation se double aussi d’un sérieux besoin de sécurité. Et il se pense vieux car il n’a pas le sentiment, contrairement à ce que croient les parents, qu’il a toute la vie devant lui… Je retrouve une thématique que j’ai traitée d’une autre manière dans le spectacle de « L’enfant prodigue ». Mais j’aime particulièrement l’écriture de Jon Fosse parce qu’elle agit par détournement. Les acteurs, pas plus que les spectateurs, ne s’identifient à des personnages. Avec lui on n’est pas dans un conte, ni vraiment sur une scène de théâtre, on est embarqué ailleurs…

Cet « ailleurs », vous travaillez aussi à le matérialiser pendant le temps de la représentation…
C’est vrai que cette rencontre avec l’oeuvre de Jon Fosse a largement bousculé mon travail de metteur en scène. J’ai monté « Le Manuscrit des chiens III : Quelle misère ! » en 2008, et son écriture extrêmement minimaliste m’a donné envie d’aller plus loin. Je ne savais pas vraiment ce que je cherchai, et je comprends aujourd’hui que l’adaptation que je propose de ces textes me permet de tendre vers des formes de moins en moins théâtrales, au sens classique du terme. Tous les effets spectaculaires s’effacent derrière le texte. Cela com¬mande déjà le travail avec les comédiens. Je ne veux pas qu’ils interprètent des personnages. Leur travail est d’incarner des sentiments, des émotions et de faire vivre littéralement la poésie des situations. Je demande aux comédiens un énorme effort sur la manière de dire le texte. J’aimerais qu’ils fassent entendre les phrases avec la même exigence que celle réclamée par les alexandrins. Et en même temps, les situations doivent rester concrètes, et le jeu des acteurs absolument naturel, comme dans un film de John Cassavetes. Il y a toute une volonté de mise à distance qui ne doit pas pour autant nous séparer de la vie qui émane du texte, au contraire.

Vous posez en principe la volonté de supprimer tous les effets de mise en scène qui sont censés ordinairement « captiver » l’auditoire. Est-ce que vous ne risquez pas de perdre le spectateur en route ?
J’essaie d’instituer une relation avec le spectateur qui l’oblige à mobiliser toute son attention, à être aussi disponible et actif que le serait le lecteur d’un livre. Je sais que cela va à l’encontre de ce qui est de plus en plus proposé quand on abreuve le public d’effets spectaculaires et que tout ce qui se passe en lui se produit malgré lui. L’écriture de Jon Fosse invite à gommer tous les artifices scénographiques. Si les acteurs s’effacent derrière le texte, je cherche aussi d’une certaine façon à effacer la scène. Le travail sur les lumières, la vidéo, la musique, tout concourt à envelopper l’espace de manière à alimenter l’imaginaire des spectateurs sans imposer d’autres émotions que celles nées du texte. Il n’y a rien d’illustratif qui permette de repérer où l’action se passe, et chacun est vraiment libre de recréer ses propres images. C’est aussi une manière d’être ensemble, le temps de la représentation, qui engage la responsabilité du spectateur. C’est une notion importante pour moi.

* Alfred de Musset, « Rolla », 1833.

Jon Fosse et la dramaturgie jeune public

……………………………………………………………………………………………………………..

Table ronde
Samedi 5 novembre 2011 vers 19h15, après la présentation de la pièce Noir et Humide, mise en scène par Christophe Laluque et la Compagnie l’Amin Théâtre, le Théâtre Dunois organise une table ronde autour de la pièce et de son auteur Jon Fosse
.……………………………………………………………………………………………………………..

Extraits
« Jon Fosse : pièces pour enfants et un géant » de Marion Chénetier-Alev à paraître dans le dossier « Théâtre jeune public » du prochain numéro de la revue Registres.

« À son théâtre comme à ses romans, Fosse emprunte à nouveau ici la stratégie rythmique et stylistique de la répétition-variation, basée sur une grande simplicité et une économie radicale du lexique. Le texte, exempt de toute métaphore, repose sur une série de leit-motive qui le rapprochent des formules du conte. »
[…]
« Si une des caractéristiques du « répertoire » pour la jeunesse de Fosse est l’invention de cette écriture de la sensation, c’est que les enfants, contrairement aux adultes, semblent n’avoir jamais quitté l’état de perception intuitive et sensorielle du monde, et sa lumière d’origine.
Il est un autre aspect qui distingue les enfants des adultes. Loin des couples de l’œuvre dramatique, l’aventure des enfants se vit ailleurs que dans la confrontation avec des êtres de leur âge. De ce point de vue, ils sont aussi solitaires dans leurs expériences que les adolescents qui paraissent dans certaines pièces du théâtre, telles que Le Fils, Visites, Variations sur la mort, où le mutisme à l’égard des parents est souligné. Leur aventure est intérieure. Dans le lieu clos et isolé de la chambre, l’enfant se retrouve face à lui-même. L’expérience qu’il mène, forcément seul, le conduit à descendre au fond de lui, à l’image de Lene rêvant sa descente dans la cave noire. Qu’ils soient écrits à la troisième ou à la première personne, les récits peuvent ainsi être assimilés à des monologues intérieurs, au cours desquels l’enfant explore ses propres obscurités. »