Archives de Catégorie: Paroles de spectateurs

« Jeanne Barré : la voyageuse invisible » : paroles d’élèves

Les élèves de 5ème1 et leur professeur de lettres Valérie Prevost sont venus voir « Jeanne Barré, la voyageuse invisible » au théâtre Dunois.

Paroles d’élèves…

Nous avons aimé : « l’idée du voyage », « la proximité avec les comédiens », « la fête du passage de l’équateur », « le moment où Jeanne se déguise en garçon », « le récit de la vie de Jeanne, les ellipses », « la représentation des indigènes », « le moment où Jeanne explique ce qu’elle endure sur le bateau », « le fait qu’elle insiste pour participer à l’expédition », « les acteurs parlent de leurs personnages à la 3ème personne »

Ce qui nous a surpris :  « Pourquoi, quand Commerson meurt, Jeanne se trouve tout de suite un mari ? », « Pourquoi, en plus de leur rôle, les comédiens font-ils les narrateurs ? »

Ce que nous avons découvert de l’art du théâtre :  « l’utilisation des objets au théâtre. », « on peut tout représenter au théâtre », « des phrases peuvent être sous-entendues », « la forme de la scène joue un rôle important», « j’ai découvert que l’on peut rythmer une pièce grâce à de vrais instruments de musique, en direct », « un comédien peut jouer plusieurs rôles », « au théâtre, une femme peut devenir un homme » , « c’était poétique et plein d’humour »

Atelier #2 Ecole du spectateur

Ecole du spectateur 20/01/2014
Collège Lucie Faure
Professeur : Laurence DOUZIL 
Intervenante : Dominique DUTHUIT, journaliste

La classe et Dominique ont vu le spectacle « Jeanne Barré, la voyageuse invisible » au Théâtre Dunois et la séance d’aujourd’hui sera consacrée à l’analyse de ce spectacle.
Dominique a préparé des questions qui figurent sur la feuille que Laurence leur distribue.
En premier lieu, Dominique demande aux élèves de penser à une image qu’ils ont du spectacle, la première image qui leur vient et de la noter par écrit. Tous les élèves racontent ensuite quelle est leur image, leur souvenir. Quelle surprise de s’apercevoir qu’aucun élève n’a la même image, le même épisode en mémoire ! Dominique est impressionnée, c’est la première fois qu’une classe dans laquelle elle intervient a autant de souvenirs différents liés à un spectacle ! Seize visions différentes du spectacle. Nous ne retenons donc pas du tout les mêmes choses !

Le reste de la séance s’appuie sur les questions préparées par Dominique mais comme les élèves sont très réactifs et participent beaucoup, les questions ouvrent sur des débats très libres.
Les thèmes abordés sont le destin, l’amour (qui n’est pas évoqué durant le spectacle), la femme (à quoi reconnaît-t-on une femme ?), l’identité.

La mise en scène du spectacle est aussi abordée. Ils ont remarqué (et apprécié) cette mise à distance créée par l’utilisation de la troisième personne et l’hypothèse du texte. Il est toujours dans la supposition (« on peut imaginer qu’elle soit… ») et jamais dans l’affirmation. La mise à distance est aussi créé par le violoncelliste qui vient rompre avec les habitudes, apparaissant torse nu, avec une grande barbe, très maigre.

Comme l’échange est très libre, la forme de la séance le devient aussi. Dominique est enchantée !_MG_7467retrecsg

Ecole du spectateur

Ecole du spectateur
Collège Lucie Faure
Professeur : Laurence DOUZIL    
Intervenante : Dominique DUTHUIT, journaliste

Première rencontre aujourd’hui entre Dominique Duthuit et les élèves de la classe de 4e.

Madame Douzil l’a prévenu : ses élèves sont en horaires aménagés théâtre donc ils ont des connaissances dans le domaine. Très bien !

Dominique commence par se présenter et rappeler en quelques mots ce qu’ils vont faire ensemble : voir trois spectacles (au Théâtre Dunois) et les analyser ensemble. Le plus important est de s’approprier l’œuvre pour pouvoir regarder différemment le monde, les choses.

En premier lieu, Dominique veut apprendre à les connaître et cherche à savoir ce qu’ils savent du théâtre. Commençons par le commencement : « Qu’est-ce que le théâtre ? »

Au fur et à mesure de l’échange avec les élèves, Dominique remplit le tableau de schémas, mots-clés, etc… Il ressemble à peu près à ça :

THEATRE
ART vivant
Qui REPRESENTE le monde
Avec des OUTILS
•    Expression du corps
•    Scénographie : lumière/place dans l’espace –configuration/objets
•    DRAMAturgie

Dominique emploie du vocabulaire théâtral (scénographie, dramaturgie, metteur en scène…) leur explique lorsqu’ils ne le connaissent pas. Elle insiste sur le SENS : l’art en général, le théâtre y compris, doit véhiculer un sens et le spectateur doit murir une réflexion.  Il ne doit pas se laisser manipuler par ce qu’il voit, il est libre de penser ce qu’il souhaite et doit exercer un œil critique.

Après la récréation débute la deuxième partie de la séance. Avant tout, Dominique leur demande (s’ils le souhaitent uniquement) de prendre des notes dans un petit carnet lors des représentations qu’ils iront voir. Il s’agit de noter tout ce qu’on voit sur scène (décor, déplacement, etc…).

D.R Hugues de Wurstemberger

D.R Hugues de Wurstemberger

Elle leur montre ensuite plusieurs photos (Raymond Depardon, Elliot Erwitt, Hugues de Wurstemberger)   et les élèves doivent répondre à quelques questions : que voyez vous sur cette photo ? Que regardent-ils ? Elle introduit ici l’analyse d’une image, assez similaire à l’analyse d’un spectacle : on décrit ce que l’on voit.

Leurs messages au monde

Début janvier, le temps d’une semaine, la compagnie italienne le Teatro delle Briciole a posé les frontières de sa République des enfants dans la salle du théâtre. Ainsi Dianele et Chiara ont construit pas moins de 7 micro nations, pris à partie 1000 jeunes parisiens pour en faire les citoyens de leur expérience théâtrale et politique…

«Salut tout le monde. C’est encore nous, ceux de la République des enfants. Le temps de la micro-nation est pratiquement fini. Beaucoup de choses se sont passées en peu de temps; le peuple a fondé une nation, a inventé des règles et il a choisi un président, puis il a fait une révolution et il a même désamorcé une bombe…
Voilà, on s’est inventé plein de choses qui, avant, n’existaient pas.
On a utilisé notre imagination parce que si on veut faire avancer le monde il faut s’imaginer le futur. […] »

Comment faire pour créer une micro nation ? Quel message laisser au monde ? Les élèves se sont pris au jeu, et à l’issue des représentation ils sont retournés en classe avec pour mission d’imaginer les règles de leur propre micro nation ainsi que les messages qu’ils souhaiteraient laisser au Monde…
Les premiers courriers sont arrivés au théâtre, nous avons la responsabilité d’assurer la transmission… 

message au monde2 message au monde
Messages des CE2 de l’école 250 rue Saint Jacques (Paris- 5e) et des CE1b de l’école Berty Albrecht (Surennes).

Soyez synthétique !

« Donner moi un seul mot pour définir le spectacle Le Manuscrit des chiens 1 : Quelle galère !« , les élèves de 3ème du collège Thomas Mann (13e) se sont frottés à cette consigne.

La journaliste Dominique Duthuit les accompagne dans cet exercice.

Projet d’école du spectateur menés par les élèves des 5 classes de troisième du collège Thomas Mann (13e) et leurs professeurs de français, Mme Baillon, Mme Debut, Mme Bigo, M Guennec et M Borde.

Graphistes en herbes…

Les élèves des classes de CE2 et CM2 de l’école élémentaire Saint Maur (Paris, 10e) proposent leurs versions de l’affiche du « Manuscrit des chiens 1 : Quelle galère ! ».